Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un p'tit tour de sacocherie

De Sicile en Asie centrale en vélo sacoche

Publié par sur

Depuis Khorog, beaucoup de kilomètres en altitude et un gros plan galère. 

 

La traversée de ce haut plateau peut être coupée en 2 parties, de part le changement de géologie, du sens du vent,  d'ethnie et de cap.
De Khorog a Murghab, c'est la bonne partie. Celle où le vent souffle très fort dans le dos. Du coup le premier col, qui permet d'accéder à cette HIGH way, se fait sans problème. Sur la route apparaissent les premiers monstres, parfois en granit parfaitavec leurs glaciers qui dégueulent du sommet. 

Cap au nord
Cap au nord
Cap au nord
Cap au nord
Cap au nord

Je suis rapidement au Kaytezek pass (4272m) et rattrape l'équipe du passelegrandplateau (Anne et Benjamin). Avec eux, Pete et Alice, 2 anglais partis juste après leur fête de mariage. Leur lune de miel, ils la passent sur une brooks à travers le monde... 

Il manque juste Greg et Cyrielle qui ont préféré rester un jour de plus à Khorog.

 

Au fil des kilomètres sur le plateau, la géologie change. Tout devient sec et salé. Le relief est maintenant très sec, et me fait penser à ce que l'on peut trouver au nord de l'Inde. Les lacs d'altitude d'un bleu intense, bordés de bandes de sel, contrastent avec cette terre ocre. 
Le goudron fait parfois défaut, les camions chinois nous doublent en faisant une poussière incroyable : de retour sur les pistes Kazakhs ?

Cap au nord
Cap au nord
Cap au nord
Cap au nord
Cap au nord

A Murghab, la ville container, tout change. Les coiffes kirghizes et les yourtes apparaissent déjà, on est pourtant à 400 km de la frontière.
 

Plus de camions chinois : ils partent plein est par le col de Kulma. Le traffic va se résumer à un 4x4 toutes les 2 heures et à un cyclo par jour.
 

Le cap change également : direction plein Nord. Fini cet invariant que je suivais depuis Palerme : plus de soleil dans la face, mon ombre sera désormais devant moi.
Malheureusement le vent tourne et rouler en altitude n'est donc plus si facile. Des longues lignes droites à 5km/h ça dégoute et ça tape sur le moral. Anne et Benj doivent rester un jour de plus à Murghab car Anne et malade et n'arrive pas à récupérer. 

Cap au nord
Cap au nord
Cap au nord
Cap au nord

Je continue avec Boris et sur la route on rencontre JP, un hollandais dont le chargement fait palir le minimalisme slovène (Boris doit avoir 10kg de sacoche, JP 60kg. Deux manières extrèmes de voyager)
Le col de Ak Baytal (4655m) me fait prendre conscience qu'on est en haute montagne (j'ai oublié tellement c'était facile jusqu'à là) et que tout peut changer vite. Au petit matin tous les ruisseaux sont gelés (les shifters aussi) ; au col le vent glacial et l'arrivée du mauvais temps sur les sommets kirghizes nous poussent à accélérer (à 7km/h pas plus dans la descente). 

Cap au nord
Cap au nord
Cap au nord
Cap au nord
Cap au nord
Cap au nord

Une guest house a Karakul nous permet de passer une bonne nuit. Il a neigé sur les 2 derniers cols, plus de 50cm d'après un guide tadjik.
Le lendemain, je décide de partir. Je crois au petit créneau et ne veux pas rester bloqué dans ce désert d'altitude si le mauvais s'installe. JP et Boris préfèrent attendre, je pars donc seul. Au bout d'une heure mon audace a vite été refroidie. Tempête... de la neige sur du sable...je crois rêver. Puis à l'approche du Uy Bulak Pass (4232m), le ciel se déchire et j'assiste à un spectable que je n'oublierai pas. Tous les sommets sont claffis : contrastes de couleurs inimaginables. Malheureusement les plus hauts sommets (Pic Lénine, Somoni) sont encore pris dans la crasse. Je ne verrai donc pas les plus hauts sommets d'Asie Centrale. 
Arrivé au poste frontière Tadjik (peu avant le col de Kizil Art, 4336m), la boue vient s'ajouter au vent. 10 cm de collante, il faut pousser sur les derniers mètres. Ce passage frontière est assez singulier car il n'y a que les tadjiks; les kirghizes sont 20 kilomètres plus loin. Ca m'a pris 5 min pour passer dans cette zone de non droit : c'était l'heure des laghmans et il ne fallait pas que ça refroidisse.

Cap au nord
Cap au nord
Cap au nord
Cap au nord
Cap au nord

Kilomètre 8270, une borne kilométrique que je retiendrai longtemps. C'est au col de Kizil Art.

 

Après la séance photo, le plan galère commence. La boue coince mon dérailleur AR et l'entraine dans la roue. Un quart de tour de manivelle plus loin, le dérailleur est dans la roue. Je n'ai rien senti tellement j'appuyais pour sortir de cette collante. 
L'axe s'est sectionné et est resté dans la patte. Tout va très vite, je crie de rage et réfléchis rapidement : le dérailleur c'est pas grave, mais si j'ai foiré le filetage de la patte c'est la fin. 
Le mauvais temps est là et il fait de plus en plus froid. Je passe mon beau Surly en single et par la même occasion je m'ouvre la main. Il fait trop froid sans les gants et je galère dans cette boue à bricoler. J'arrive à trouver la bonne vitesse qui donne une bonne tension de chaine. Mais elle ne tient pas à cause de la boue. Je continue ainsi 10 kilomètres dans la descente en passant mon temps à dérailler et renrailler. C'est pire que la Forestière, il faut débourber tous les 500m. Je mets un temps infini : le mauvais est là.

Je m'arrête épuisé et pense à mettre ma tente dans ce no man's land. "Ai-je le droit", une question que je ne me pose même pas.
A ce moment deux 4x4 conduits par des Italiens sortent de nulle part (si plutôt du brouillard). Je retrouve un peu de lucidité et arrive à parler italien. Ils vont à Osh (2ième ville kirghize), je suis sorti de la galère.
Sur la route, neige et pluie, tout ça bien au chaud. Merci à eux.

Cap au nord
Cap au nord
Cap au nord

Le lendemain a Osh, je trouve mon bonheur au bazar. Encore un truc surréaliste qui fait qu'on arrive à avancer. Mais l'histoire est trop longue à raconter (un russe qui deal du shimano et qui passait là par hasard...).

Si vous êtes bon observateur, les images et la vidéo vous montreront que j'y ai passé un certain temps...

 

Plus que 1000km pour arriver à Bishkek, le retour approche...

Cap au nord
Cap au nord

Articles récents

Hébergé par Overblog